Coach versus Consultant

A travers ce site web, vous avez lu très souvent les mots « coach » et « consultant ». La distinction peut être subtile à saisir et poser des questions. Aussi, voici un rapide résumé de ce que sont et ne sont pas ces deux métiers.

Le consultant est un travailleur indépendant le plus souvent, qui propose ses services en entreprise principalement. Il est considéré comme un expert dans son domaine et l’entreprise le paye pour qu’il apporte son savoir, ses solutions, ses conseils. Il peut, comme c’est mon cas, proposer des conseils adaptés et souples pour ses clients, chercher avec eux des solutions personnalisées. D’autres consultants peuvent apporter des solutions entières, éprouvées et applicables en l’état sans modification.

Le consultant est donc un conseiller. Dans le vocabulaire de la formation, on dit qu’il est en « posture haute », c’est à dire qu’il est celui qui sait et qui dispense ses connaissances à des personnes qui ont besoin de ces éléments de savoir qu’ils n’ont pas. Il est celui qui dirige l’entreprise dans une direction particulière par ses conseils.

A contrario, le coach de vie est une personne systématiquement en « posture basse », c’est à dire qu’il part du principe que vous, son client, connaissez mieux que lui votre propre problématique. Le coach est en posture haute pour délimiter le cadre de travail (le lieu, l’horaire, le fonctionnement, le tarif, les protocoles utilisés durant la séance), mais pour tout le reste du travail il vous laisse suivre votre propre chemin, chercher vos solutions, faire les détours qui vous conviennent. Ceci car nul autre que vous ne peut mieux connaitre toutes les subtilités de votre objectif et de vos contraintes. Il n’a aucune expertise à apporter : les conseils ou solutions toutes faites ne conviendraient pas forcément à votre situation.

Dans cette posture basse, sans conseil ni expertise, le coach vous pousse par contre à réfléchir très profondément à votre situation, votre projet, vous-même, vos objectifs, votre identité, vos croyances. Il vous permet de structurer solidement l’objectif et « déterre » les nÅ“uds contre lesquels vous aller vous heurter à un moment ou un autre, des nÅ“uds qui pourraient faire échouer ou ralentir vos ambitions. Toujours en position basse, c’est à dire toujours en vous questionnant, vous invitant à suivre votre chemin et vous aidant à élaborer des solutions concrètes, le coach vous aide à dénouer la pelote de laine durant les séances. Au final vous sortez avec des idées, des actions à appliquer tous les jours et un plan d’action précis, en plus d’avoir désamorcé quantité de bombes à retardement qui auraient pu faire exploser vos rêves au moment de la concrétisation.

La question se pose aussi souvent de la différence entre un coach et un thérapeute, un psychologue. Pour répondre à cette question, j’utilise souvent la métaphore de la voiture :

Si vous voulez la réparer car certaines choses « défectueuses » l’empêchent d’avancer, vous allez voir un garagiste. C’est le travail du psychologue. Il répare des choses passées qui vous gênent dans votre présent. Il répond à la question « pourquoi ? » et vous fait travailler dans le passé pour le présent.

Si par contre vous voulez apprendre à mieux vous servir de votre voiture, vous allez voir l’auto-école. Soit pour passer votre permis de conduire, soit plus tard pour faire des stages de conduite sur neige par exemple, qui vont vous apprendre de nouvelles techniques pour maîtriser votre voiture dans toutes les situations. C’est le travail du coach. Il vous apprend à vous servir au mieux de votre véhicule, vous fait expérimenter la conduite en milieu protégé, vous challenge sur de nouvelles petites épreuves, bref, il vous apprend à ne plus avoir besoin de lui. Le coach vous fait travailler dans le présent pour atteindre un but dans le futur proche. Il répond à la question « Comment ? Comment faire ? ».

Si votre voiture a des petits défauts de fonctionnement, il part du principe que cela fait partie du package de votre identité, que c’est une partie de vous-même. Comment passer au dessus de ces petits problèmes du passé ? Comment les régler ? Peuvent être des questions auxquelles il vous fera réfléchir si des difficultés apparaissent au cour du coaching. En ce cas, il pourra vous orienter vers un confrère thérapeute pour y traiter des thématiques de guérison, autre que celles vues en coaching : la thérapie et le coaching sont tout à fait complémentaire si besoin.

En complément, je vous invite à consulter les liens mis à votre disposition dans le bandeau de bas de page, ils vous aideront à mieux cerner les champs d’actions du coach, du conseiller et du psychologue.